En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Rendement des placements financiers en baisse pour 2018

Avec une inflation à 2,3% au mois de juillet et une inflation globale d’1,7% pour l’année 2018, le rendement des placements préférés des français est en baisse.

placement-argent

Un taux réel en baisse jusqu’à -0,95%

La Banque centrale européenne (BCE) prévoit une inflation à hauteur de de 1.7% pour l’année 2018 dans la zone euro. Ce sont les rendements de produits d’épargne réglementés qui sont directement impactés avec des baisses significatives. Le rendement réel du livret A est en baisse de -0,95% alors que le PEL (plan d’épargne logement) et l’assurance vie, contractent respectivement une baisse de -1% et de -0,2 à -0,4%.

Les produits d’épargnes toujours d’actualité

Malgré les baisses annoncées, 90% des Français s’appuient toujours sur les placements traditionnels (épargne réglementée, assurance-vie) pour voir fructifier leurs économies. Avec 800 millions d’euros collectés grâce au livret A, un encours à hauteur de 282 milliards d’euros et 10 milliards d’euros récoltés entre janvier et juillet,  le livret A reste le placement le plus prisé des Français.

Astuce Malynx !

Depuis 2015, le gouvernement a gelé le taux d’intérêt du livret A à 0,75% et restera inchangé jusqu’à la fin du moins de janvier 2020.

Un manque à gagner important depuis 2018

Si la formule de calcul en vigueur avant le gel avait été appliquée aux dernières dates de revalorisation (1er février et 1er août), le taux du livret A serait nettement supérieur à 0,75%. Sa rémunération doit normalement toujours être supérieure au niveau moyen de l’inflation des six derniers mois. Cette différence peut coûter cher aux épargnants puisque ce sont des intérêts qui ne seront jamais perçus. Une perte qui pourrait perdurer avec un gel du taux qui se maintiendra et des prix à la consommation qui augmenteront (+1,5% selon la Banque de France).