En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Le livret A : à savoir

Émilie Martineau - mis à jour le
}

Le livret A est l’un des produits d’épargne bancaire les plus plébiscités par les Français: en 2012, 49,7 milliards d’euros ont été collectés (dépôts moins retraits) via ces comptes épargnes. Ce succès s’explique par la sécurité dont bénéficie le livret A, de par une réglementation légale et une garantie de l’Etat, ainsi que par ses avantages fiscaux. Tour d’horizon de ce produit bancaire franco-français.

Petite histoire du livret A

En 1818, sous le règne de Louis XVIII, Benjamin Delessert, homme d’affaires philanthrope, crée la Caisse d’épargne, ainsi que l’ancêtre du livret A alors appelé «livret d’épargne». Le but est de combattre l’instabilité financière de la France, qui se remet tout juste des guerres napoléoniennes, et d’introduire la notion de prévoyance par l’épargne. Appelé par la suite «livret de série A», son nom actuel de livret A n’est adopté qu’en 1966.

S’il est originellement un produit de la Caisse d’Epargne, il est distribué par les guichets de La Poste à partir de 1876, puis par le Crédit Mutuel, sous l’appellation «livret bleu», en 1975. Depuis le 1er janvier 2009, le livret A est en libre distribution dans toutes les banques en France, y compris les filiales de banques étrangères.

Autrefois distribué sous forme de livret en papier, le livret A est aujourd’hui dématérialisé, bien que de vieux livrets datant des années 1960 ou 1970 soient encore en circulation.

Depuis le 1er aout 2014, le taux du livret A est passé de 1,25 % à 1 % (Plafond de 22 950 €).

Cet article vous a-t-il été utile ?