En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Bientôt un plafonnement des frais bancaires pour les plus fragiles ?

Le gouvernement planche actuellement sur un plafonnement des frais bancaires pour les bénéficiaires d’une offre spéciale pour les ménages modestes. En plus de fixer le montant maximum à 200€, l’objectif serait d’étendre davantage cette solution.

« Il me semble qu’un plafonnement bancaire autour de 200€ serait légitime et il faut que les personnes qui sont concernées par l’offre spécifique soient beaucoup plus nombreuses qu’elles ne le sont aujourd’hui ». C’est avec ces mots que le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a exposé son idée du plafonnement des frais bancaires.

Cette idée sera ainsi incluse dans le Plan pauvreté du gouvernement dont la présentation est prévue d’ici mi-septembre. Les ménages modestes profitent d’ores et déjà d’une offre spéciale à prix bas (3€/mois) pour ouvrir un compte dans une banque. En 2017, La Banque de France a recensé 351 000 bénéficiaires.

Des frais croissants pour 4 à 8 millions de personnes

Cependant, les frais bancaires en cas d’irrégularité ou d’incident de paiement peuvent s’accumuler et coûter très chers. Ce plafonnement des frais bancaires pourrait donc être une bonne chose sauf que cette offre spécifique n’est choisie que par 10% des éventuels ménages éligibles. En effet, les personnes en difficultés financières ne veulent pas être stigmatisées par leur banque.

Dès lors, les associations de consommateurs militent aujourd’hui pour un élargissement de ce plafonnement des frais bancaires à tous les profils. Cette solution permettrait aux 4 à 8 millions de personnes qui accumulent des frais tous les mois de faire des économies.