En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Frais bancaires : 420 millions d’euros prélevés à tort par les banques chaque année ?

Selon une étude menée par l’UFC-Que Choisir, les banques prélèveraient indûment 420 millions d’euros de frais bancaires chaque année, soit 20€ par ménage fragile. L’association demande donc au gouvernement d’agir au plus vite.

L’UFC-Que Choisir mène une nouvelle fronde face aux banques françaises, qui infligeraient « un camouflet au Gouvernement », selon un communiqué publié jeudi. Dans ce sens, l’association de consommateurs aurait recensé près de 420 millions d’euros prélevés à tort chaque année aux Français dans le cadre des frais bancaires.

Plus précisément, cette somme équivaut à 20€/an par ménage fragile au motif des « frais de rejet de prélèvement ». Ils sont prélevés par les banques lorsqu’un prélèvement est refusé pour manque de provisions sur le compte d’un client. Cependant, si un nouveau prélèvement intervient dans les 10 jours, sans avoir provisionné le compte bancaire, la banque les prélève une nouvelle fois.

Plusieurs demandes au gouvernement

L’association de consommateurs veut donc alerter sur cette pratique de frais « débités à plusieurs reprises pour une même opération », notamment pour les ménages les plus fragiles financièrement. Dans ce sens, elle demande au gouvernement d’imposer le remboursement de ces frais de rejet de prélèvement trop-perçus.

L’UFC-Que Choisir précise également vouloir la mise en place d’une harmonisation des « critères d’éligibilité au plafonnement des frais d’incidents bancaires et de sanctionner, le cas échéant, les manquements ». Un nouveau décret devrait d’ailleurs être bientôt publié afin de mieux définir les ménages éligibles aux offres bancaires plafonnées.