En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Les paiements en espèces ne participent pas à la diffusion du virus

La Banque de France a signalé jeudi à l’AFP que les billets de banque ne présentent pas de risques particuliers d’infection au coronavirus. Un constat réalisé à la suite d’études scientifiques menées ces dernières semaines.

Alors que le plafond des paiements sans contact par carte bancaire a été réhaussé il y a quelques semaines, les paiements en espèces sont boudés par les Français depuis le début de la crise sanitaire. A ce titre, la Banque de France a annoncé jeudi à l’AFP que les billets de banque « ne représentaient pas de risques particuliers d’infection par rapport aux autres surfaces du quotidien ».

Dans ce sens, plusieurs analyses scientifiques ont été menées ces dernières semaines afin d’arriver à cette conclusion. Le virus pourrait ainsi survivre « dix à cent fois plus longtemps sur de l’acier inoxydable (une poignée de porte par exemple) que sur un billet », précise la Banque de France. La propagation serait davantage favorisée sur les « surfaces lisses comme le plastique ».

Appliquer les gestes barrières

Par ailleurs, la banque centrale française tient à rappeler que chaque consommateur garde « la liberté » de « régler ses achats en espèces s’il le souhaite, particulièrement les populations les plus fragiles pour qui elles constituent souvent le seul moyen de paiement possible ». En effet, selon la législation, les billets de banque ne peuvent pas être refusés lors d’une transaction.

Pour autant, la Banque de France rappelle à tous les Français que même si les espèces ne représentent aucun risque de contamination au quotidien, il est nécessaire « d’appliquer les gestes barrières recommandés par l’Organisation mondiale de la santé », même pour les paiements par carte bancaire.