La population française de plus en plus surendettée

C’est un fait, la population française est endettée. La Banque de France le constate dans ses rapports trimestriels depuis plusieurs années déjà. Une amélioration de la situation ressort toutefois du dernier Baromètre du surendettement publié en juin 2015 : le nombre de dossiers déposés par des particuliers auprès des commissions de surendettement entre juillet 2014 et juin 2015 est en légère diminution (-2,6 %). 

Une baisse qu’il faut néanmoins relativiser face à la gravité de la réalité. Depuis 2010, ce sont près de 987 000 dossiers déposés qui ont été déclarés éligibles à la procédure de traitement du surendettement, c’est-à-dire des dossiers considérés comme présentant un niveau de surendettement excessif en vue des capacités financières des ménages concernés.

Le surendettement, un fléau de société

Le rapport rendu public par la Banque de France en juin 2015 contient un élément paradoxal : d’un côté, le nombre de dossiers déposés auprès des commissions de surendettement a diminué entre 2014 et 2015, mais d’un autre côté, le nombre de dossiers acceptés, et donc recevables à la procédure de traitement de surendettement, est en constante augmentation depuis 2010.

Le nombre de ménages français en situation de surendettement augmente donc sans relâche ces dernières années. En janvier 2011, le rapport émit par la Banque de France comptait 688 ménages en situation de surendettement ; ils sont 839 en janvier 2015. Parmi les dossiers entrants, le nombre des redépôts, c’est-à-dire les dossiers qui sont déposés une seconde fois, est également en augmentation.

Environ 50 % des dossiers redéposés ont lieu en raison d’un changement dans la vie personnelle du ménage (divorce, décès…) ou professionnelle (chômage, invalidité….).

Toujours selon les résultats publiés par la Banque de France au second trimestre 2015, la moyenne des encours du surendettement de l’ensemble des dossiers acceptés s’élève à 40 800 euros, toutes dettes comprises ; hors dettes immobilières, l’endettement moyen par dossier déposé est de 26 900 euros. De plus, il ressort du baromètre de juin 2015 que les dettes financières sont la première cause du surendettement des ménages français. Elles représentent en effet 78,6 % de l’endettement global, les arriérés de charges courantes représentant 11,2 % et les autres catégories de dettes restantes 10,2 %. Les dettes financières se composent de plusieurs catégories de dettes, à savoir :

    • les crédits à la consommation ;
    • les prêts immobiliers ;
    • les découverts et dépassements divers ;
    • les crédits à la consommation (la principale raison du surendettement de la population française).

Quels sont les ménages concernés ?

Une étude, également réalisée par la Banque de France pour l’année 2014, analyse les différentes caractéristiques socio-démographiques et professionnelles des ménages surendettés. Cette étude met clairement en avant la prédominance de la tranche de la population la plus touchée par le surendettement : celle des personnes vivant seules. Qu’elles soient célibataires, séparées, divorcées ou veuves, les personnes seules représentent 64,6 % des ménages reconnus en situation de surendettement durant 2014.

L’enquête dévoile également que les personnes âgées de 35 à 54 ans sont les plus touchées au sein de cette tranche de la population (environ 27 %), suivies de près par la tranche des plus de 55 ans (23 %). Par ailleurs, la Banque de France constate que les personnes locataires sont généralement plus surendettées (77,5 %) que les propriétaires, même ceux-ci sont en augmentation (10,8 %).

D’un point de vue socio-professionnel, l’enquête montre que les personnes éprouvant des difficultés professionnelles sont les plus concernées par le surendettement : 28,7 % sont des chômeurs, 11,9 % des personnes sans profession, et 9,7 % des personnes sans activité professionnelle (invalidité, congé parental…). En ce qui concerne les personnes exerçant une activité professionnelle, les ouvriers et les employés sont les tranches de salariés les plus surendettés (respectivement 24,3 % et 34,4 %). En effet, il ressort de la même étude que les ménages disposant de ressources mensuelles inférieures ou égales à 2 000 euros sont généralement les plus surendettés (76,3 %).

Le niveau des ressources des ménages surendettés étant relativement faible, les capacités de remboursement des dettes sont par conséquent moindres. Les ressources mensuelles disponibles pour les divers paiements (loyer, charges locatives, dépenses alimentaires…) sont souvent vite épuisées et ne suffisent pas à apurer les dettes restantes issues des différents crédits. La Banque de France observe ainsi que la moitié des dossiers de surendettement déposés auprès des commissions sont acceptés en raison d’une absence de capacité de remboursement du ménage (53,5%). Les difficultés de trésorerie et de solvabilité touchent malheureusement un bon nombre de ménages partout en France, les endettements mixtes (crédits et charges courantes) ne faisant qu’augmenter avec le temps.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer