Quel est le rendement d’un LDD ?

Rémunération du LDD

La rémunération du LDD est nette d’impôt et de prélèvements fiscaux. Un atout qui compense ses quelques inconvénients.
Le taux d’intérêt en baisse du LDD est compensé par une exonération d’impôt et de prélèvements sociaux. La rémunération du LDD permet tout de même de se constituer une épargne sécurisée. D’ailleurs, malgré quelques inconvénients, le Livret de Développement Durable a tout de même séduit plus de 20 millions de Français.

Rémunération du LDD : les avantages

Très similaire au Livret A, le Livret de Développement Durable représente une solution d’épargne appréciée. Le capital est garanti et le titulaire peut utiliser ses fonds en toute liberté. Il peut également effectuer des virements à son rythme, jusqu’à atteindre le plafond limité à 12 000 €. Le LDD permet donc de se constituer un petit pécule au fil du temps en toute sécurité.

rendement ldd

La rémunération LDD a quelques avantages, comparée à celle des livrets bancaires non réglementés.

Certes relativement bas en termes de taux d’intérêts, le rendement d’un LDD s’apprécie aussi en tenant compte d’autres critères. Parmi eux, on peut noter :

  • L’absence de frais de tenue de compte, de frais de dépôts ou de retraits, de commission bancaire ;
  • L’exonération des intérêts puisque le LDD n’est soumis ni à l’impôt sur le revenu, ni aux prélèvements sociaux.

Ces avantages financiers permettent d’augmenter le rendement du LDD. Tous ces atouts font de ce livret réglementé l’une des solutions d’épargne préférées des Français qui recherchent un placement sans risque et défiscalisé. Le Livret de Développement Durable est aussi une bonne solution lorsque le Livret A a atteint son plafond, à savoir 22 950 €.
En d’autres termes, s’il ne rapporte pas beaucoup, le LDD ne coûte rien à son titulaire.

Rémunération du LDD : les inconvénients

Indexé sur le taux du Livret A depuis 2003, le taux de rendement du LDD n’est pas des plus florissants. Un inconvénient certes important, mais que toutes les solutions de placement présentent aujourd’hui, qu’il s’agisse d’un livret réglementé ou d’un livret bancaire non réglementé.

Certes, le plafond du LDD – bien que relevé de 6 000 à 12 000 € en 2012 – peut encore paraître insuffisant. Mais l’un des principaux désavantages tient plutôt à la rémunération LDD selon la règle des quinzaines :

  • Du 1er au 15 du mois pour un versement effectué avant le 1er,
  • Du 16 au dernier jour du mois pour un versement effectué au cours de la quinzaine précédente.
Tout dépôt effectué en cours de quinzaine sera pris en compte pour le rendement LDD uniquement à partir de la quinzaine suivante. De même, lorsqu’une somme d’argent est retirée avant le dernier jour d’une quinzaine civile, les intérêts qu’elle aurait pu produire au cours de cette même quinzaine ne sont pas comptabilisés.

Afin d’optimiser la rémunération du LDD, l’épargnant a donc tout intérêt à tenir compte de cette règle des quinzaines tant en ce qui concerne ses retraits que ses versements. Les intérêts sont capitalisés en fin d’année.

Malgré ces inconvénients, le LDD a su se montrer relativement attrayant. En effet, selon le Rapport de l’Observatoire de l’Epargne Réglementée, au 31 décembre 2014 on dénombrait 21,9 millions de LDD pour un encours de 102,1 milliards d’euros1. Toutefois, il faut bien reconnaître que la baisse des taux d’intérêts déçoit, et en 2015, de nombreux épargnants titulaires de LDD et Livret A ont retiré des fonds de façon massive.

Pour le seul mois de novembre 2015, 210 millions d’euros ont été retirés des LDD.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer