Quel rendement pour un CEL ?

rémunération

Le CEL, Compte Epargne Logement, est un incontournable dans l’équipement bancaire des Français. En plus de la rémunération qu’il produit chaque année, le CEL donne droit à des avantages financiers lors de la mise en place d’un prêt immobilier. A combien s’élève la rémunération du CEL ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ? Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur le CEL et son rendement.

La rémunération du CEL en pratique

Le rendement du CEL est fixé à 0,50% brut, ce taux d’intérêt étant garanti par l’Etat depuis le 1er août 2015. Une prime d’Etat peut toutefois venir augmenter cette rémunération annuelle.

Les intérêts sont calculés sur deux périodes dans le mois :

  • une première fois du 1er au 15 ;
  • une seconde fois du 16 au 30 ou 31 du mois.

Astuce Malynx !

Pour optimiser le rendement, il est conseillé d’effectuer ses versements avant le 16 ou le 1er de chaque mois et de ne retirer de l’argent qu’après le 1er ou le 16 du mois.

En agissant de la sorte, votre CEL produira davantage d’intérêts.

Intérêts capitalisables et prime d’Etat

Dans le cadre d’un prêt Epargne Logement, la rémunération du CEL peut monter jusqu’à 0,75% brut grâce au versement d’une prime d’Etat, cette dernière pouvant aller jusqu’à 1.144€. Cette prime prend la forme d’une hausse de 50% de la rémunération produite par le CEL.
Ainsi, lorsque le bénéficiaire d’un CEL effectue un prêt, la banque verse 0,50% et l’Etat y ajoute 0,25%, permettant un rendement du CEL de 0,75%.

 Attribuée lors d’un prêt immobilier, la prime d’Etat est donc calculée au prorata de l’effort d’épargne fait par le bénéficiaire du CEL. Les intérêts de ce prêt ne peuvent d’ailleurs excéder 1,5 fois le montant des intérêts perçus sur la période de placement.

Les intérêts produits par le CEL sont capitalisables, c’est-à-dire que chaque année, le 31 décembre, la rémunération produite par le CEL s’ajoute au capital épargne de son détenteur. De ce fait, ils produisent eux-aussi des intérêts supplémentaires, augmentant alors le rendement du CEL.

Baisse de la rémunération du CEL

Fixée à 0,50% par l’Etat, la rémunération du CEL est inférieure à celle du Livret A dont le rendement actuel est de 0,75%. Ce désavantage est néanmoins compensé par la possibilité de financer un achat immobilier grâce à l’obtention d’un crédit à taux préférentiel.
Déjà modifié en août 2015, passant alors de 0,75 à 0,50%, le rendement du CEL peut à nouveau être modifié. Il était déjà passé de 1,50% à 1,25% en février 2013 et de 1,25% à 0,75% en août 2013. Si la tendance est à la baisse, ce pourcentage peut toutefois être revu à la hausse, tel que ça avait été le cas en août 2010, la rémunération du CEL passant de 0,75% à 1,25%, ou en août 2011 où elle était passée de 1,25% à 1,50%.

Originellement révisable tous les 6 mois, le taux d’intérêt du CEL est modifiable selon le bon vouloir du gouvernement depuis fin 2008.

Là où certains livrets d’épargne sont totalement exonérés d’impôts ou de prélèvements en tous genres, le CEL est soumis aux prélèvements sociaux, représentant alors 15,5% des intérêts versés. Fixée à 0,50% brute, la rémunération réelle du CEL est donc de 0,42% net. En raison de la baisse des taux d’intérêt des crédits immobiliers et du faible rendement du CEL, sa popularité s’essouffle. Profitant d’un attrait moins important, la rémunération du CEL séduit en effet de moins en moins de Français.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer