Fiscalité du livret A

fiscalite livret A

La fiscalité du livret A, ainsi que son imposition quasi inexistante, est le principal avantage de ce produit d’épargne dont les taux d’intérêt ne rapportent pas énormément aux bénéficiaires actuellement. Pas de charges, pas de mauvaises surprises, l’imposition du livret A est un luxe apprécié.

Un livret A absent des déclarations

Ce placement est un livret d’épargne aux avantages certains, notamment en ce qui concerne sa fiscalité. En effet, le livret A est un placement entièrement défiscalisé, donc sans mauvaise surprise en ce qui concerne sa rémunération.

imposition-livretA

Il n’est pas nécessaire de mentionner le livret A dans sa déclaration d’impôts. En effet, l’imposition du livret A est nulle.

Attention cependant, les épargnants possédant un patrimoine supérieur à 1 300 000 €, et s’acquittant de l’ISF (l’Impôt de Solidarité sur la Fortune) doivent obligatoirement déclarer leur livret A et son montant dans leur patrimoine courant. En effet, cet impôt a pour particularité de s’appliquer au capital d’une personne, et non sur son revenu.

Un livret A sans prélèvement sociaux

Exonérée, l’imposition du livret A, n’est pas seulement dispensée d’être citée dans la déclaration d’impôts sur le revenu. En effet, le livret A est également exonéré entièrement de toutes formes de prélèvements sociaux.

L’épargnant touche systématiquement toute la somme indiquée sur son livret A, y compris les intérêts. L’Etat ne récupère aucun prélèvement au passage, quelle que soit la partie de l’année.

Contrairement à d’autres comptes bancaires liés à l’épargne, comme les PEA, les PEL ou encore les contrats d’assurance vie, le livret A ne connaît de prélèvements d’aucune sorte. Cette fiscalité allégée du livret A encourage les Français à placer leurs économies dans le système économique du pays.

Pourquoi le livret A est-il exonéré d’impôts ?

Allégée, la fiscalité du livret A attire toujours autant les Français qui y voient un bon moyen de rentabiliser un peu leurs économies et de gagner quelques euros de plus. Cette absence d’imposition du livret A est justifiée de différentes manières par le gouvernement.

A l’origine, l’imposition du livret A a été allégée de manière à ouvrir l’accès à l’épargne aux Français les plus modestes. Dans cette configuration, le compte ne peut que rapporter de l’argent, sans mauvaise surprise et sans perte financière d’aucune nature.

Cette fiscalité du livret A, inexistante, permet de remettre de l’argent dans le système bancaire. Les billets, qui ne dorment plus sous les matelas des nouveaux épargnants, permettent ainsi de financer d’autres projets.

Collecté à hauteur de 65 % par la Caisse des dépôts et consignations, l’argent des livrets A permet en effet de financer le logement social en majeure partie, les collectivités locales, les prêts aux PME, ainsi que des prêts pour des infrastructures dites durables. L’absence d’imposition du livret A encourage ainsi les Français à placer leur argent, et à financer des points importants de la société.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer