Choisir le bon montant de son prêt

choisir montant

Choisir le bon montant à emprunter lors d’un achat immobilier n’est pas chose aisée, mais de ce choix dépend pourtant de la concrétisation d’un projet d’achat ou de construction. Quels sont les pièges et les erreurs à éviter ? Quelles recommandations suivre ? Le point.

Déterminer le montant de son emprunt immobilier

Lorsque l’on souhaite investir dans un projet immobilier, que l’on souhaite acheter ou construire un logement neuf, ou encore acquérir un bien ancien, on a forcément envie de mettre toutes les chances de son côté pour obtenir le bien idéal, en fonction de ses ressources.

Ainsi, il n’est pas rare, et il est même parfaitement naturel, de vouloir disposer d’un budget suffisamment confortable pour pouvoir acheter le logement de ses rêves. 

Mais cette envie se fait parfois au détriment de la raison, en surestimant sa capacité d’emprunt et en se projetant sur des mensualités trop élevées.
A l’inverse, le fait de ne pas vouloir prendre de risques afin de ne pas se retrouver dans une situation financière délicate peut conduire un emprunteur à sous-estimer ses capacités de remboursement, et à passer à côté d’un bien immobilier qu’il est en mesure d’acquérir, ou à se retrouver avec un crédit étalé, et donc un coût global élevé.

D’où l’importance de choisir le bon montant pour son prêt immobilier.

Ni trop élevé, ni trop bas. Le montant juste, correspondant à ses capacités financières, tout en sachant qu’il est possible d’ajuster les mensualités en allongeant éventuellement la durée du crédit, même si cette option augmente le coût global du prêt en ajoutant des intérêts.

Connaître sa capacité d’emprunt

Il est pour cela essentiel de connaître sa capacité d’emprunt, autrement dit la somme que l’on est en mesure d’emprunter pour son projet immobilier sans pour autant mettre en péril sa sécurité financière.

La règle est que le taux d’endettement ne doit pas dépasser 33% du budget de l’emprunteur

Au-delà, le risque de surendettement est trop important pour qu’une banque valide un dossier de prêt immobilier.
Dans cette optique, il convient de tenir compte de ses revenus récurrents et certains (revenus, pensions alimentaires, allocations familiales, bénéfices industriels, commerciaux et non commerciaux…) et de ses charges, elles aussi pérennes (pensions, crédits en cours, mensualités…).

Astuce Malynx !

La capacité d’emprunt se calcule de la façon suivante : charges x 100 / revenus. Le résultat doit donc être inférieur ou égal à 33%

Même si les organismes prêteurs prennent aussi en compte la notion de « reste à vivre » dans leur prise de décision concernant l’octroi d’un prêt immobilier.

Ainsi, un ménage aux ressources confortables pourra bénéficier d’une marge de souplesse et dépasser le seuil des 33% dans certains cas.
Dans tous les cas, le montant du prêt est capital dans un projet immobilier. Ainsi, s’il peut apparaître tentant d’allonger la durée du crédit et le nombre de mensualités à rembourser pour disposer d’un budget plus conséquent, il convient néanmoins de garder à l’esprit que ce choix affectera le coût global de l’opération.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer