Sécurité bancaire et nouvelles technologies

Consulter son compte bancaire n’importe où, payer ses achats en magasin grâce à son smartphone… ces actions ne relèvent désormais plus de la science fiction, mais font bien partie de notre quotidien ! Mais faut-il se méfier de ces nouvelles libertés acquises par la technologie ? Doit-on faire une confiance aveugle à nos banques pour nous prémunir des cyber-attaques ?

LeLynx.fr, comparateur de banques en ligne, fait l’état des lieux des mesures de sécurité mises en place par les banquiers 2.0.

banque sécurité internet

Services en ligne : sécurité et prudence

À l’ère des banques en ligne et des opérations bancaires à distance, les établissements mettent tout en œuvre pour verrouiller leurs systèmes de sécurité. Ainsi, les banques redoublent d’efforts pour sécuriser les accès aux comptes et moyens de paiements par internet de leurs clients, ce qui se traduit généralement par une multitude de codes, confirmations, authentifications et autres démarches à effectuer avant de pouvoir accéder à son compte. Ce parcours du combattant est cependant un mal nécessaire pour une connexion sécurisée et s’ajoute à d’autres mesures, variables d’une banque à l’autre : déconnexion automatique en cas d’inactivité, nombre d’essais d’authentification limité, cryptage des données confidentielles, renouvellement régulier du mot de passe…

Néanmoins, le risque zéro n’existe pas et les banques ne sont pas en mesure d’affronter toutes les cyber-menaces sans en appeler à la prudence de leur clientèle. Ainsi, la plupart des établissements prodiguent des règles de bonnes pratiques sur internet :

  • équiper son ordinateur d’anti-virus et de pare-feu efficaces ;
  • ne pas conserver ses identifiants et codes d’accès dans la mémoire de l’ordinateur ;
  • éviter de se connecter depuis les réseaux wifi publics ;
  • rester vigilant quant aux e-mails frauduleux usurpant parfois très habilement l’identité des banques ;
  • ne pas se connecter à un ordinateur qui semble infecté par un virus ;
  • choisir un mot de passe dédié à son espace bancaire en ligne (et non le même que pour consulter ses mails, jouer en ligne, effectuer des achats sur des sites de e-commerce…) et en changer régulièrement.

Paiement sans contact : sus aux pirates !

Fotolia_77545171_Subscription_Monthly_M (1)Nous vous parlons régulièrement des cartes bancaires utilisant le système NFC, c’est-à-dire « sans contact », et des risques que cela engendre. Le principe est de pouvoir payer en approchant simplement sa carte bancaire du terminal, à condition que celle-ci soit affublée du pictogramme NFC (des ondes rappelant celles du wifi). La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a révélé en 2012 une insuffisance sécuritaire de ce système, notamment la possibilité pour un pirate d’intercepter les données d’un paiement. La mise en garde de la Cnil a conduit les banques à prendre certaines mesures : le nom du titulaire de la carte et l’historique de ses paiements ne sont désormais plus accessibles. Par ailleurs, un plafond de 20 € par opération et par commerçant, cumulé à un plafond d’achats par journée (généralement 100 €), permettent de limiter les dégâts en cas de piratage.

Sur le modèle des banques, les applications smartphones se lancent également sur le marché du paiement sans contact. Paypal, Google Wallet et Apple Pay proposent aujourd’hui des systèmes de paiements mobiles utilisant le NFC, mais via une application dédiée. Malgré les réticences des consommateurs, le paiement sans contact continue donc de se développer, avec pour objectif d’équiper l’ensemble des terminaux de paiement d’ici 2020.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer