Paradis fiscaux : pourquoi y placer son argent ?

On le sait, en France, les prélèvements obligatoires sont parmi les plus élevés d’Europe (2ème derrière la Belgique). Et le spectre de la taxe à 75 % des revenus au-dessus du million d’euros n’incite pas les ménages les plus riches à l’optimisme concernant l’évolution prochaine de la fiscalité.

C’est pourquoi nombreux sont les individus qui aimeraient pouvoir «mettre à l’abri» du fisc français une partie de leur revenu. Mais il n’est pas si simple d’échapper à la puissante administration fiscale du pays et les sanctions sont suffisamment lourdes pour être dissuasives.

Évasion fiscale: la valise de billets

Pour les ménages français dont le revenu est déclaré intégralement en France, les moyens de fraudes sont limités si l’on veut pouvoir échapper à un contrôle. Le mythe de la bonne vieille valise à billets a perdu de son attrait, les banques étant de plus en plus réticentes à accepter des grosses sommes en liquide sans justification de leur provenance.

Même les destinations les plus exotiques (Panama, Belize…) sont de moins en moins enclines à accepter ce genre de compromis. Parallèlement, même les fraudeurs les plus téméraires sont de moins en moins attirés par cette méthode : voyage désagréable avec une valise menottée au poignet et difficultés techniques à accumuler une somme en liquide assez conséquente pour «valoir le voyage».

Petit à petit, ce procédé légendaire d’évasion fiscale semble être en perte de vitesse. Avec l’informatisation de l’administration fiscale, il est désormais de plus en plus facile de traquer les contrevenants, puisqu’un logiciel est chargé de détecter les anomalies sur les déclarations d’impôt des ménages d’une année sur l’autre, les baisses de revenu brutales ou la disparition d’une partie du patrimoine, par exemple.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer