Le livret de développement durable (LDD)

Le livret de développement durable (LDD) est un produit d’épargne rémunéré et réglementé, proposé par la plupart des établissements bancaires. Focus sur la rémunération et le fonctionnement de ce livret d’épargne écologique.

Un plafond peu élevé

Le livret de développement durable est un produit d’épargne rémunéré dont les fonds sont disponibles à tout moment. Tous les établissements bancaires peuvent le proposer. Son appellation lui vient du fait qu’il a pour objectif de collecter des fonds destinés au financement de travaux d’économie d’énergie et de PME. Remplaçant le livret codévi depuis  l’avantage d’être défiscalisé.

Pour ouvrir un livret de développement durable, il faut :

  • avoir au moins 18 ans ;
  • justifier d’un domicile fiscal en France ;
  • ne pas posséder d’autre LDD (un par personne maximum).

A l’ouverture, la plupart des banques demandent un versement initial d’un montant minimum de 15 €. Par la suite, le détenteur est libre de ses versements (espèces, chèque, virement). Il en va de même pour les retraits, certaines banques proposant une carte utilisable dans les distributeurs. La principale réelle contrainte du LDD est son plafond, limité à 12 000 € (mais l’ajout des intérêts capitalisés en fin d’année peut porter la valeur du livret au-delà de ce plafond).

Une rémunération intéressante

Comme celui du Livret A, le taux de rendement du livret de développement durable (LDD) a été abaissé à 0,75 %. Calculés au terme de chaque quinzaine, les intérêts tiennent compte des dépôts effectués durant la quinzaine précédente et des retraits effectués durant la quinzaine en cours. Ainsi, les sommes déposées ne produisent d’intérêts que lorsqu’elles sont placées par quinzaines entières. Les intérêts annuels sont capitalisés au 31 décembre de l’année en cours et exonérés d’impôts sur le revenu et de prélèvements sociaux.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer