Dabistes et convoyeurs : des métiers dangereux ?

L’argent en espèce, on le sort quasiment tous les jours car les distributeurs de billets, on les trouve à chaque coin de rue. Mais qui se charge de veiller à ce que ces machines nous sortent des billets 24 heures sur 24.

Votre comparateur de banques LeLynx.fr vous fait un tour d’horizon de ces deux métiers qui ne sont pas de tout repos.

dabiste

Crédit : genestro

Que fait un dabiste ?

C’est un agent chargé d’approvisionner les distributeurs automatiques de billets mais également d’assurer la maintenance de l’appareil. C’est la banque qui est chargée de remettre l’argent au dabiste pour le réapprovisionnement. Il ne transporte pas d’argent et se déplace en voiture banalisée.

Les attaques aux guichets automatiques ont conduit les autorités à repenser le métier pour lui donner plus de sécurité. Le dabiste, contrairement au convoyeur de fonds, opère généralement seul, ne porte pas de gilet pare-balles ni d’arme à feu ; ce qui le rend plus vulnérable face à un braquage pendant son intervention sur le distributeur automatique de billets.

Les fonctions du métier de convoyeur

Le convoyeur de fonds fonctionne comme dans le film Le Transporteur : il s’assure du transfert sécurisé de son colis du point A au point B et ne doit pas s’intéresser au contenu. Etre convoyeur c’est aussi être garde, conducteur ou messager.

A la différence du dabiste, le convoyeur ne travaille jamais seul. Ils sont au minimum trois, portent des gilets pare-balles, ont une arme à feu et circulent dans des véhicules blindés. Ils transportent du cash et des objets de valeur mais ne les manipulent pas.

On ne s’improvise pas dabiste ou convoyeur car ces métiers requièrent une formation spéciale axée sur la sécurité. Ces professions sont réglementées par le Conseil National des Activités Privées de Sécurité (CNAPS) qui délivre au candidat une carte professionnelle après l’obtention de son Certificat de qualification professionnelle (CQP). En sus des aptitudes professionnelles, le futur dabiste ou le futur convoyeur doit être irréprochable quant à ses antécédents judiciaires.

Les pré-requis étant les mêmes pour les dabistes que pour les convoyeurs, une fusion des deux métiers pour former une seule équipe circulant en blindés semblent être la solution pour le ministère de l’intérieur. Le Parisien nous apprend que depuis le début de ce mois-ci, le décret permettant aux dabistes d’intégrer l’équipe des convoyeurs de fonds et de porter une arme à feu est entré en vigueur. Les convoyeurs ne sont pas d’accord avec cette idée car, ils sont nombreux à penser qu’un blindé doit passer le moins de temps possible en stationnement afin d’éviter les risques d’attaques et que leur métier n’est pas de manipuler l’argent.

Les dabistes déplorent l’idée de porter une arme à feu : alors que certains voient en cette mesure la loi du plus fort, ou plutôt du plus rapide à la gâchette, d’autres ne sont tout simplement pas prêts à la manipulation d’une arme. Ils sont de plus en plus nombreux à être victime d’attaques à l’arme à feu ou à l’explosif, ce qui fait du dabiste le maillon faible de la chaine.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer