Compte bancaire : les différents moyens de paiement

Plusieurs moyens existent pour effectuer des paiements et, à l’ouverture de votre compte, l’établissement bancaire vous les proposera. Votre comparateur banque LeLynx.fr vous invite à suivre son guide pour tout savoir sur les différents moyens de paiement.

Instruments de paiement

Payant ou mis gratuitement à votre disposition, chaque moyen de paiement obéit à des règles d’utilisation spécifiques. Du chèque à la carte bancaire, en passant par les espèces, le virement, le prélèvement ou encore le titre interbancaire de paiement (TIP), apprenez tout ce que vous devez savoir sur les moyens de paiement avec LeLynx.fr.

Chèque, virement, carte bancaire : les 3 moyens de paiement phares

Selon une étude Ifop-Wincor* que LeFigaro.fr avait rendue publique en janvier 2011, les chèques, les virements et les cartes bancaires sont en France, les 3 modes de paiement privilégiés.

On apprend ainsi que :

  • 96% des Français possèdent un chéquier ;
  • 81% ont recours au virement bancaire ;
  • 56% disposent d’une carte bancaire.

Une autre étude intitulée « L’avenir des moyens de paiement en France », rendu publique en mars 2012 nous renseigne sur le montant moyen de dépenses par moyen de paiement en 2009. On apprend ainsi que :

  • Par carte bancaire, le montant moyen est de 49€ ;
  • Par prélèvement, le montant moyen est de 234€ ;
  • Par TIP, le montant moyen est de 332€ ;
  • Par chèque, le montant moyen est de 555€ ;
  • Par virement, le montant moyen est de 7355€.

* Sondage réalisé auprès d’un échantillon de 1025 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Les interviews ont eu lieu du 19 au 21 octobre 2010.

Mode de paiement : le chèque

Généralement automatiquement proposé par le banquier au moment de l’ouverture du compte, le chéquier est en principe toujours gratuit.

Toutefois, avant de proposer ce moyen de paiement, le banquier se réserve le droit de vérifier que vous n’êtes pas inscrit au fichier central des chèques (FCC) de la Banque de France, c’est-à-dire que vous n’êtes pas interdit bancaire (auquel cas, pour rappel, vous n’êtes pas autorisé à émettre des chèques).

Comment émettre un chèque ?

Bien qu’il existe plusieurs types de chèques (chèque visé, chèque de banque, chèque certifié), on présuppose que celui que vous comptez utiliser est le plus courant, à savoir le chèque de paiement.

Ainsi, et si ceci est nouveau pour vous, vous allez vous en rendre compte rapidement, émettre un chèque signifie d’abord le remplir. En effet, vous devez vous appliquer à respecter un certain nombre de règles, sans quoi votre chèque ne vaut pas grand-chose :

  • Vous ne devez laisser aucun blanc avant ou après l’inscription de la somme ;
  • Vous devez inscrire le montant en chiffres ET en toutes lettres : si les montants sont différents, c’est celui qui est porté en chiffres qui prime ;
  • Le nom du bénéficiaire doit être lisible ;
  • La signature doit être fidèle au modèle dont dispose l’établissement bancaire ;
  • La date sur le chèque doit être celle du jour de sa rédaction.

Chèques : à savoir

En ce qui concerne les chèques, plusieurs choses sont à savoir car les idées reçues demeurent nombreuses :

  • Vous pouvez refuser le chéquier proposé par la banque sans motif particulier ;
  • Les commerçants peuvent refuser le paiement par chèque dans leurs établissements, sous condition qu’ils l’affichent, l’inscription « la maison n’accepte pas les chèques » qu’on voit souvent est donc légale ;
  • Les commerçants qui acceptent le règlement par chèque sont en droit d’exiger un montant minimal et que vous leur fournissiez une pièce d’identité ;
  • Pour encaisser un chèque, vous devez l’endosser, c’est-à-dire le signer au verso et le remettre à une banque dans un délai de 1 an et 8 jours (durée de validité d’un chèque).

Carte bancaire : mode d’emploi et fonctionnement

La délivrance d’une carte de crédit fait partie des services bancaires de base et il est à ce titre automatique que votre banquier vous en propose une.

Propriété exclusive de la banque, cette dernière peut décider de vous retirer votre carte bancaire ou d’en annuler sa validité. En outre, comme vous le savez déjà ou comme vous l’apprendrez bien vite, une carte bancaire sert tout à la fois à retirer des espèces qu’à effectuer des paiements chez les commerçants.

Utilisation d’une carte bancaire

A réception de votre carte bancaire vous devrez pour activer celle-ci, c’est-à-dire pour pouvoir effectuer des paiements, procéder d’abord à un premier retrait d’espèces au distributeur automatique de billets (DAB).

À la différence du chéquier qui est gratuit, la carte bancaire est en général payante et son coût varie d’un établissement bancaire à l’autre. Bien qu’il existe différents types de carte, il est fréquent à l’ouverture du compte que le banquier vous propose de choisir entre les 2 types suivants :

  • Carte à débit immédiat : fonctionne sans vérification préalable systématique de l’approvisionnement du compte bancaire associé mais dont chaque opération se traduit aussi par un débit instantané. En gros, l’argent que vous dépensez est directement retiré de votre compte ;
  • Carte à débit différé : fonctionne sans vérification préalable systématique de l’approvisionnement du compte bancaire associé et dont les opérations sont débitées en bloc, au terme d’une période donnée (généralement à chaque fin de mois).

D’une durée généralement limitée à 2 ou 3 ans, la carte bancaire est automatiquement remplacée lorsqu’elle arrive à échéance par une autre carte portant les mêmes caractéristiques.

 Mieux comprendre le virement bancaire

Bien qu’ils ne nécessitent pas pour être réalisés d’instrument de paiement à proprement parler (tel que la carte bancaire, les espèces ou encore le chèque), les virements n’en demeurent pas moins des moyens de paiement.

Selon la définition du site de l’administration française, le virement bancaire est un moyen de paiement qui permet de transférer des sommes directement de compte bancaire à compte bancaire.

Ce qu’il faut savoir sur le virement

Le virement bancaire peut être défini comme l’opération consistant à donner l’ordre à sa banque de transférer des sommes d’un compte vers un autre compte. Le seul document nécessaire à la réalisation d’un virement est le relevé d’identité bancaire (RIB) du destinataire du transfert d’argent.

Toutefois, ceci ne signifie pas que seuls les comptes d’autres personnes puissent être alimentés par un virement. Vous pouvez tout à fait, dans la mesure où vous possédez plusieurs comptes, vous faire un virement à vous-même.

Vous pouvez procéder à 2 types de virement :

  • Virement ponctuel (ou unitaire) : l’ordre est donné pour une transaction unique ;
  • Virement permanent (ou automatique) : l’ordre est donné de répéter le virement plusieurs fois à fréquence irrégulière.

En principe, un virement effectué entre deux comptes dans la même banque est gratuit. En revanche, si les 2 comptes ne sont pas domiciliés dans le même établissement bancaire, des frais allant de 3 à 4€ sont à régler par l’émetteur du virement. En revanche, le destinataire du virement n’a jamais de frais à régler.

Le prélèvement automatique et le titre interbancaire de paiement

Pour le règlement de vos factures d’électricité, de vos impôts mensualisés ou encore de vos abonnements téléphonie et Internet, vous pourriez être amené à choisir le dispositif du prélèvement automatique.

À la différence du virement, le prélèvement automatique est une autorisation donnée à votre créancier (EDF, Trésor public, fournisseur d’accès Internet) de prélever directement sur votre compte l’argent qui lui est dû.

Comment fonctionne le prélèvement automatique ?

Si vous autorisez un créancier à prélever de façon permanente des sommes sur votre compte, « au fur et à mesure que les échéances de paiement arrivent », il s’agit d’un prélèvement automatique.

Les organismes qui proposent le règlement par prélèvement automatique vous font parvenir une « autorisation de prélèvement », que vous devez déposer à la banque en y joignant votre relevé d’identité bancaire (RIB).

Si vous ne disposez pas de provision suffisante pour honorer vos prélèvements, ceux-ci seront rejetés et des intérêts vous seront appliqués par le créancier.

Zoom sur le titre interbancaire de paiement (TIP)

Le titre interbancaire de paiement (TIP) est ainsi nommé car il s’agit d’un document papier sur lequel est inscrit le montant à régler. Votre créancier vous adresse ce document afin que vous apposiez votre signature et que vous le renvoyiez par courrier.

L’apposition de votre signature dans l’encart TIP a alors valeur de paiement, c’est-à-dire que la somme y inscrite sera prélevée. Si c’est la première fois que vous utilisez ce moyen de paiement, vous devrez y joindre un RIB.

Pour tous les paiements par TIP suivants, le créancier adresse directement le document à votre banque qui procède alors au prélèvement de la somme indiquée.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer