Carte bancaire à débit immédiat ou différé : que choisir ?

Pour répondre aux besoins de souplesse de leurs clients, les banques proposent deux formules de paiement : un prélèvement immédiat des sommes payées par carte ou un regroupement en un seul prélèvement, généralement mensuel. Ainsi, cartes à débit immédiat et cartes à débit différé comportent chacune des avantages, sans toutefois correspondre aux mêmes profils.

Carte à débit immédiat : visualiser ses achats en temps réel

Plébiscitée par la majorité des Français, la carte à débit immédiat est la moins chère et la plus simple d’utilisation. Son fonctionnement est celui d’une carte « classique » : le débit du compte a lieu dans les 24 heures à 48 heures suivant l’opération, qu’il s’agisse d’un retrait d’argent dans un distributeur de billets ou d’un achat en magasin.

Avantage : cette carte bancaire offre la possibilité de contrôler ses finances à tout moment. Toutes les opérations ayant été décomptées de façon instantanée, le solde du compte correspond à l’argent dont dispose le  titulaire du compte sans aucune ambiguïté.

En revanche, passées les limites de l’autorisation de découvert, le client risque un rejet de prélèvement, et surtout, l’application d’agios, frais bancaires aux montants très salés. Une rigidité contrariante en cas de dépense exceptionnelle.

Carte à débit différé : bénéficier d’une avance de trésorerie

Plus onéreuse mais également plus souple, la carte à débit différé permet de répartir ses dépenses selon une échéance de débit, le plus souvent mensuelle. Cette date peut, par exemple, être fixée juste après réception du salaire, laissant libre cours à toute opération d’achat durant le mois, quel que soit le solde du compte. Les opérations de retraits aux distributeurs et les paiements par chèques restent, eux, débités immédiatement. Avantage : le client peut dépenser des sommes dont il ne dispose pas encore et, de cette manière, régler des achats onéreux sans avoir à s’inquiéter du solde de son compte en banque.

La carte à débit différé n’est pas une solution au découvert. Cette solution ne convient qu’aux personnes en mesure de réalimenter leur compte régulièrement et de façon suffisante.

Si la carte à débit différé offre plus de libertés, il faut s’attendre à un sévère retour de bâton en cas d’impossibilité de règlement au moment de l’échéance. Le titulaire qui ne dispose pas d’assez d’argent se retrouve alors dans l’obligation de payer des frais pour incidents de paiement jusqu’à ce que la situation soit rétablie.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer