Les avantages du système bancaire suisse

Stabilité économique, garanties, multiples services, les banques suisses sont indéniablement attrayantes pour les épargnants. Focus sur le système bancaire de nos voisins et ses nombreux avantages.

Les dépôts et investissement sont sécurisés

La stabilité du système financier suisse est en soit un gage de sécurité pour les détenteurs de comptes bancaires. En effet, la Suisse ayant sa propre monnaie d’échange (le franc Suisse CHF), elle est à l’abri de toute défaillance de la zone euro.

Par ailleurs, contrairement à la France, les banques suisses ne représentent que des intermédiaires entre les détenteurs d’actions, placements ou titres et les sociétés. Ainsi les investisseurs sont entièrement propriétaires de la valeur de leurs placements et, en cas de faillite de la banque, sont intégralement remboursés. En comparaison, les banques Françaises limitent à 70000€ la garantie sur les titres.

Enfin, tous les dépôts des épargnants sont garantis par les banques suisses:

  • à 100% pour les dépôts inférieurs ou égaux à 100000 CHF (environ 81000 €);
  • par les versements du dividende de liquidation (en cas de faillite de la banque) pour les dépôts supérieurs à 100000 CHF.

Les banques offrent de nombreux services

En plus des nombreux types de comptes bancaires, sensiblement identiques aux offres des banques françaises (comptes courants, professionnels, épargnes…), les établissements bancaires alpins proposent généralement des avantages qui leurs sont propres:

  • des services internationaux;
  • des suivis très personnalisés;
  • des opportunités d’investissement et de placement avantageuses;
  • des outils de gestion à distance.

Vers la fin du secret bancaire

En théorie, le système bancaire suisse respecte le secret bancaire, c’est-à-dire l’interdiction de communiquer toute information sur les clients et leurs comptes à des pays tiers. En réalité, la lutte contre l’évasion fiscale est en passe de mettre un terme à cette règle. Selon Le Figaro, «la Suisse serait prête à accepter le principe de l’échange automatique d’informations, à partir de 2015», suite au récent sommet du G20 qui s’est tenu à Washington. Un système international d’échange automatique d’informations fiscales serait en cours d’élaboration.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer