Mobilité bancaire : les Français peu enclins à changer de banque

En 2009, les banques s’engageaient à faciliter les démarches des consommateurs afin de favoriser la mobilité bancaire. Cinq ans après, les résultats ne sont pas au rendez-vous : seuls 3% des Français s’aventurent sur le terrain du changement de banque chaque année. A qui la faute ?

mobilite-bancaire-doute

Une nouvelle fois, l’UFC-Que Choisir appuie là où ça fait mal ! Dans une étude publiée récemment, l’association de consommateurs révèle que les retombées après la mise en place d’une aide à la mobilité bancaire en novembre 2009 sont bien inférieures à ce qui avait été espéré, voire quasiment insignifiantes.

Alors qu’en théorie, les banques attendaient 600 000 mobilités rien que pour l’année 2010, dans la pratique, ce ne sont que 300 000 clients qui ont changé de banque entre 2011 et 2012. En bref, seuls 3% de la population française change chaque année de banque : trois fois moins que le reste des européens !

Des Français encore réticents face à des procédures complexes

Cinq ans après les débuts de l’aide à la mobilité, les mentalités semblent donc avoir peu changées. Pourtant, 25% des Français se disent aujourd’hui insatisfaits des services proposés par leur banque… Comment expliquer une telle passivité ? La réponse se trouve du côté des démarches de transferts bancaires encore trop compliquées et redoutées par les clients. Ceux-ci craignent de se retrouver face à des chèques rejetés, des chevauchements de virements ou encore de lourds frais liés à la clôture de leur compte.

Or, selon les pronostics de l’UFC-Que Choisir, les consommateurs auraient beaucoup à gagner en changeant de banque. Un profil moyen pourrait par exemple économiser jusqu’à 276 euros par an en optant pour la mobilité. Encore mieux, une mobilité accentuée des clients pourrait entraîner une baisse des tarifs de 1%, ce qui équivaudrait à une économie de 100 millions d’euros dans un intérêt collectif.

Des pistes pour favoriser la mobilité

De façon à enclencher une prise de conscience du côté du consommateur tout autant que des acteurs bancaires, l’UFC-Que Choisir demande à la Commission européenne de mettre en place un numéro de mobilité permettant d’identifier chaque client. Déjà utilisée dans la téléphonie avec le code RIO et la portabilité du numéro, cette pratique faciliterait le transfert d’informations et rassurerait les clients les plus méfiants.

Autre solution, faire jouer directement la concurrence en comparant les offres et tarifs pratiqués par les banques. Votre comparateur banques LeLynx.fr met ainsi à votre disposition un comparateur de banque pour vous garantir des services adaptés à vos besoins aux meilleurs prix.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer