Plus Belle la Vie : drame sur fond d’assurance décès

Décidément, la vie n’est pas si belle dans le quartier du Mistral! Vendredi dernier, la célèbre série Plus Belle la Vie, diffusée quotidiennement sur France 3, révélait que Bernard Lefèvre avait contracté une assurance décès juste avant sa mort. Un acte qui expliquerait sa disparition soudaine et permet une nouvelle fois à la série de transmettre un message pédagogique.

Il y a quelques semaines, c’était Mirta Torres, propriétaire du mythique hôtel Le Select endommagé par un incendie, qui était confrontée à un expert en assurance. Aujourd’hui, on apprend que Bernard Lefèvre (interprété par le comédien Laurent Bariohay), bon père de famille noyé sous les dettes, a minutieusement orchestré sa mort pour faire bénéficier ses proches d’une assurance décès.

L’homme sans histoire avait peu à peu sombré dans une détresse financière après avoir été manipulé par Fabrice Clément, responsable de la franchise «Soleil Toute l’Année» et passablement escroc sans scrupule. A ses yeux, aucune issue ne semblait possible… sauf peut-être celle de sa disparition préméditée après avoir souscrit à une assurance décès.

En effet, l’assurance décès garantit le versement d’un capital à un bénéficiaire en cas du décès de l’assuré et prévient l’avenir de ses proches. Mais d’un acte de prévention à la planification de sa mort, l’écart est grand!

Quand PBLV met en garde contre l’escroquerie à l’assurance

Sans réfléchir aux conséquences, Bernard Lefèvre avait planifié de se faire abattre lors du braquage d’une banque du Mistral. Armé d’un pistolet pour enfant, il avait fait mine de tirer sur un agent de police avant de se faire descendre par Samia dans un acte de légitime défense.

La sinistre opération réussie, Séverine Lefèvre peut désormais bénéficier de l’assurance décès de son mari pour soulager son chagrin. Une maigre consolation face à la perte de l’être aimé: «Il n’imaginait pas qu’on puisse s’en sortir ensemble mais c’est pire maintenant, il n’est plus là, sa fille va grandir sans son papa, je lui en veux!».

Une nouvelle fois, Plus Belle La Vie réussit à mêler mélodrame et leçon de vie, dispensant un message instructif sur les dangers de l’escroquerie à l’assurance. Nul doute que les prochains épisodes présagent d’autres grands moments de télévision

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer